790 CHRONIQUES D’UN JURE LISBOÈTE, EPISODE 3 : LA COMPETITION COMMENCE | NO POP-CORN LAST NIGHT

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

NO POP-CORN LAST NIGHT
Chroniques cinéma par Franck Finance-Madureira
Dernier Billet
Festivals et Evénements | 18.09.2011 - 13 h 12 | 3 COMMENTAIRES
CHRONIQUES D’UN JURE LISBOÈTE, EPISODE 3 : LA COMPETITION COMMENCE

Ca y est, c’est parti, la compétition a commencé. Pour la partie qui m’intéresse, les documentaires, j’ai vu deux films hier en compagnie de ma « collègue » juré pour cette section, Claudia Mauti, la programmatrice du festival « Mix » de Milan. Notre troisième larron pour les docs n’a encore pas fait son apparition …

Premier film de notre sélection de 10 documentaires : « Frauenzimmer » (« Silver Girls ») est un doc allemand sur trois femmes d’âge mûr qui travaillent comme prostituées à Berlin. Si le style du film ne s’éloigne pas d’un certain classicisme télévisuel, les trois femmes choisies permettent d’avoir une vision intime de ce que peut être la prostitution choisie. Les trois profils sont assez différents : l’une est un peu « mémère » et ressemble fortement à Danielle Mitterrand, la seconde est une lesbienne est-allemande qui a notamment connue la violence de la prison après une tentative ratée de passer à l’Ouest et la troisième est une dominatrice très « grande bourgeoise ». La réalisatrice s’intéresse à leurs parcours, leur vision du métier mais ne va pas au-delà de ces portraits de femmes assez convenus. Un reportage pas inintéressants mais sans grande envergure d’un point de vue cinématographique. C’est à peu de choses près le contraire du film que nous avons vu juste après.

« Poo Kor Karn Rai » (« The Terrorists ») est beaucoup plus « expérimental » (affiche ci-contre). Le réalisateur thaïlandais Thunska Pansittivorakul nous parle de l’histoire de son pays notamment des sévères répressions policières de 2010. Le film très « arty » part un peu dans tous les sens et joue la carte de l’homoérotisme mélangeant le désir démocratique avec le désir sexuel. On commence avec des pêcheurs, des ouvriers, avant d’arriver aux scènes d’émeutes de 2010. Entre ces séquences assez brutes, se glissent quelques épisodes de « branlette » qui viennent un peu polluer le propos de par leur durée et le côté voyeur (bondage, masturbation avec les pieds, séquence d’exhib de jeunes hommes très « en forme »…). C’est intéressant, ça a toute sa place dans un festival queer, c’est une découverte vraiment originale mais c’est un peu longuet et répétitif et, pour tout dire, je me suis profondément ennuyé …

Après un brunch « officiel » très agréable au Kaffehaus, un bar « bobo » autrichien de Lisbonne, deux autres docs sont au programme ce soir : « Miwa, a japanese icon » du réalisateur français de « Donne-moi la main », Pascal-Alex Vincent (qui sera également présenté à Paris dans le cadre de « Chéries, Chéris » et « Godesses », un documentaire tourné en Afrique du Sud par la réalisatrice suisse Sylvie Cachin qui est présente à Lisbonne pour la projection de son film et dont je suis impatient de découvrir le travail.

 

 

 

LES réactions (3)
CHRONIQUES D’UN JURE LISBOÈTE, EPISODE 3 : LA COMPETITION COMMENCE
  • Par Paul Denton 20 Sep 2011 - 8 H 19

    «l’une est un peu « mémère » et ressemble fortement à Danielle Mitterrand»

    c’est vachard mais bon 🙂

     
  • Par Red 19 Sep 2011 - 19 H 03

    C’est un régal de lire vos articles-comptes rendus, merci 🙂
    En plus Lisbonne me manque un peu, ça fait plaisir d’en entendre parler.

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Publicité